impulsion


impulsion

impulsion [ ɛ̃pylsjɔ̃ ] n. f.
• 1315; lat. impulsio, de impellere « pousser vers »
1(Concret) Action de pousser. Ce qui pousse. impression, poussée. Force d'impulsion. Donner, transmettre, communiquer une impulsion à un mobile. mouvoir, pousser (cf. Mettre en branle, en mouvement).
Spécialt Sc. Force créant un mouvement. Mécan. Produit d'une force constante par son temps d'application. Signal de grande amplitude et de courte durée. Radar à impulsions. Par ext. Signal qui, partant d'un niveau bas, monte rapidement à un niveau haut où il reste constant pendant une certaine durée, puis redescend au niveau bas. Générateur d'impulsions.
2(Sujet personne) Le fait de pousser, d'inciter; ce qui anime. Impulsion donnée aux affaires, au commerce. animation, direction, 1. élan, essor; impulser. Sous l'impulsion de la nouvelle direction, la société s'est développée. Comm. Achat d'impulsion, effectué spontanément, sans comparaison préalable avec d'autres produits.
3(1370) (Sujet chose) Vieilli Action de pousser (qqn) à faire qqch. influence. Sous l'impulsion de la vengeance.
Mod. Une, des impulsions : tendance spontanée à l'action. ⇒ instinct, mouvement, penchant. Impulsions violentes, irrésistibles. Obéir, céder à ses impulsions ( impulsif) . « je suis un homme qui agit d'après ses impulsions » (R. Rolland). Impulsion morbide : tendance irrésistible à l'accomplissement d'un acte. Impulsion au vol (cleptomanie), à mettre le feu (pyromanie). — Adj. IMPULSIONNEL, ELLE , 1948.
⊗ CONTR. Barrière, frein, inhibition.

impulsion nom féminin (latin impulsio, -onis, de impellere, pousser à) Action d'une force qui agit par poussée sur quelque chose et tend à lui imprimer un mouvement ; mouvement ainsi produit : Donner une impulsion. Action propre à accroître le développement, le dynamisme d'une activité, d'une entreprise ; effet qui en résulte : L'impulsion donnée au tourisme dans cette région. Agent, cause qui pousse quelqu'un à l'action : Agir sous l'impulsion de la colère. Mathématiques Fonction (généralisée) nulle, sauf en un point donné unique. Physique Produit d'une force par l'intervalle de temps pendant lequel elle agit. (Le terme est parfois employé comme synonyme de quantité de mouvement, bien qu'il représente une variation de quantité de mouvement.) Phénomène caractérisé par une variation brusque d'une grandeur physique, suivie d'un retour rapide à sa valeur initiale. Psychiatrie Besoin irrésistible d'accomplir un acte absurde ou antisocial. ● impulsion (expressions) nom féminin (latin impulsio, -onis, de impellere, pousser à) Impulsion électromagnétique, onde électromagnétique de très courte durée et de forte amplitude créée par l'interaction des rayons gamma issus d'une explosion nucléaire et l'atmosphère. (Sans effet sur l'homme, les parasites électromagnétiques engendrés peuvent détruire tout matériel électrique ou électronique non protégé.) Impulsion spécifique, rapport de la poussée d'un propulseur au produit du débit massique d'ergol par la valeur normale de l'accélération de la pesanteur. (Elle s'exprime en secondes.) Achat d'impulsion, achat qui s'effectue sans réflexion ni comparaison préalables. Code d'impulsions, code qui donne l'équivalence entre la valeur quantifiée d'un échantillon d'un signal à variation continue et un groupe d'éléments de signal qui représente cette valeur en vue d'une transmission numérique. ● impulsion (synonymes) nom féminin (latin impulsio, -onis, de impellere, pousser à) Action d'une force qui agit par poussée sur quelque chose et...
Synonymes :
- poussée
Action propre à accroître le développement, le dynamisme d'une activité...
Synonymes :
- élan
Agent, cause qui pousse quelqu'un à l'action
Synonymes :

impulsion
n. f.
d1./d Action d'imprimer un mouvement à un corps; ce mouvement. Une légère impulsion.
|| PHYS Variation de la quantité de mouvement.
|| ELECTR Passage d'un courant dans un circuit. Générateur d'impulsions: appareil qui produit des signaux électriques.
d2./d Incitation à l'activité. Donner une impulsion à une entreprise.
d3./d Désir soudain et impérieux d'agir. Suivre ses impulsions.

⇒IMPULSION, subst. fém.
A. — 1. Vieilli. Action de pousser. C'est probablement l'impulsion du vent vers la terre, et sa répulsion vers le ciel, qui les élèvent, les pelotonnent [les nuages] (BERN. DE ST.-P., Harm. nat., 1814, p. 139). Sous l'impulsion du vent, le véhicule filait sur la neige durcie avec une rapidité de quarante milles à l'heure (VERNE, Tour monde, 1873, p. 185).
Rare. [Constr. avec un compl. prép. de désignant un agent humain] Sous l'impulsion des trois femmes inclinées, la balançoire reprit son rythme berceur (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 206).
P. méton., rare. Mouvement acquis (par un objet). Les cochers du Midi ne savent d'autre finesse que de mettre leurs cinq lourds chevaux au galop pour faire la descente afin de profiter de l'impulsion pour faire encore au galop les premiers pas de la montée (STENDHAL, Mém. touriste, t. 3, 1838, pp. 143-144).
2. Poussée qu'exerce un corps en mouvement pendant une durée de temps, généralement très brève, sur un corps immobile, et qui (peut) provoque(r) la mise en mouvement de ce dernier. Impulsion et résistance.
Communiquer, donner, imprimer, transmettre une impulsion à (qqc.); recevoir une impulsion de qqc., par qqc.; résister à une impulsion. Discoverer 21 (...) reçut une impulsion additionnelle par des fusées de bord mises à feu au cours de la quatrième révolution sur ordre envoyé du sol (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 582) :
1. L'impulsion donnée au piston [dans un moteur] est due à l'inflammation du mélange d'air et de carburant comprimé dans le cylindre, inflammation produisant une très forte élévation de température et de pression, ce qui chasse le piston vers le bas.
CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 8.
3. Spécialement
a) PHYS., MÉCAN. Produit du module d'une force s'exerçant sur un point ou un système matériel par la durée de son action, égal à l'accroissement de la quantité de mouvement de ce point ou de ce système; p. ext. quantité de mouvement. Lorsqu'une force agit sur un système matériel indéformable, elle accroît sa quantité de mouvement d'une quantité égale à l'impulsion (LAITIER 1969).
b) Variation brusque d'une grandeur physique (tension, intensité électrique, fréquence) avec retour à l'état initial servant de support d'information, de signal dans différents dispositifs électriques ou électroniques (d'apr. SIZ. 1968). Impulsion électrique. Les radars modernes à grande portée produisent des impulsions de plusieurs dizaines de milliers de kilowatts (DECAUX, Mesure temps, 1959, p. 43). Chacun d'eux [les chiffres dans un ordinateur] est représenté par des groupes d'impulsions, convenablement espacés dans le temps (DECAUX, Mesure temps, 1959p. 33).
c) BIOL. ,,Ensemble des processus physico-chimiques extrêmement brefs qui caractérisent le stade initial de l'activité fonctionnelle élémentaire d'un nerf, d'un neurone ou d'une de ses parties, et par lesquels s'effectuent les phénomènes de conduction et de transmission dans le système nerveux (Fessard, in Piéron, PUF4)`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Impulsion nerveuse. Dans la régulation d'un mouvement véritable, les impulsions transmises aux centres nerveux supérieurs (...) peuvent provoquer l'envoi d'impulsions motrices dans de nouveaux muscles (COUFFIGNAL, Mach. penser, 1964, p. 83).
B. — Au fig.
1. Principe déterminant le développement, le dynamisme d'une activité sociale, économique, intellectuelle. Synon. animation, incitation. Donner, recevoir une forte, puissante, vigoureuse impulsion. Sous l'impulsion donnée par les recherches de Humboldt, les études américaines prennent un grand développement et s'orientent nettement vers l'ethnographie et l'archéologie (Hist. de la sc., 1957, p. 1467). L'accueil que les représentants de la France ont trouvé auprès de vous me laisse espérer qu'une impulsion nouvelle pourra animer les relations franco-chinoises (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 399). V. exposé B 1 a, COMTE, Catéch. posit., 1852, p. 366 et animation, ex. 13 :
2. ... Charlemagne a donné à l'Europe chrétienne l'impulsion qu'elle conserve encore, et chacune des sociétés qui la composent a fait d'autant plus de progrès vers la perfection sociale, qu'elle a été plus fidelle [sic] à la direction reçue de ce puissant moteur...
BONALD, Essai analyt., 1800, p. 212.
P. méton. Mouvement social, économique, intellectuel, considéré dans sa dynamique. Le Roi mourut. L'impulsion philosophique renversa toutes les digues (CONSTANT, Princ. pol., 1815, p. 136). L'impulsion innovatrice se propage dans des conditions entièrement différentes du modèle de J. Schumpeter qui n'a pas étudié explicitement la firme régionalement dominante et l'unité motrice dans un territoire (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 181).
2. a) Principe déterminant l'action d'une personne. Synon. incitation. La race anglaise (...) n'a pas au même degré [que les Français] cette force d'impulsion qui entraîne à tout moment (DELACROIX, Journal, 1853, p. 26). Le sujet manifeste une grande suggestibilité tant aux impulsions extérieures qu'aux poussées internes (AMADOU, Parapsychol., 1954, p. 202).
[Constr. avec un compl. prép. de désignant un principe d'action psychol.] Impulsion de l'habitude, du moment, de la nature, de la passion, d'un penchant, de la raison, de la volonté. Le pain et l'eau ont toujours la même saveur pour celui qui attend l'impulsion du besoin, tandis que les appétits factices, capricieux, s'irritent et s'émoussent par l'habitude (MAINE DE BIRAN, Influence habit., 1803, p. 62). On disait même que, si elle l'épousait jamais, elle obéirait à la volonté de son père et non point aux impulsions de son cœur (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 4, 1859, p. 127). V. bonté ex. 20 :
3. On pourroit se représenter un caractère fier sans être sévère, qui ne blâmât rien d'après les règles reçues, mais seulement d'après l'impulsion du cœur. Une religion qui mît l'âme en communication intime avec le ciel et fît reconnoître ses adeptes par les saintes impulsions de la piété et de la fierté...
STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p. 94.
Vieilli. [Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. désignant un agent] La France, sous l'impulsion divine, délivra elle-même le brevet au premier capitaine de la terre (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 313). C'était comme une impossibilité naturelle de se plier à l'impulsion d'autrui (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 310).
b) En partic. Force psychique spontanée et irrésistible, qui pousse à l'action. La verve est une passion, une impulsion, un besoin : elle cherche à se contenter. Le goût est un sentiment : il voudrait plaire à tout le monde (JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, p. 87). Il [Gide] ne sait pas lui-même où il va, ni très bien où il veut aller. Il écrit d'impulsion, selon le caprice de l'heure (MARTIN DU G., Notes Gide, 1951, p. 1386). V. amadouer ex. 4 et descendre ex. 4 :
4. À quel point j'ai été victime de mes impulsions, de mes bouffées, de mon incapacité d'attendre, disons tout d'un mot, de mon incapacité de supporter (...) victime de moi-même dans mon âme la plus profonde comme du point de vue le plus matériel de ma vie, moi seul le sais...
MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, 1re part., p. 588.
[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant cette force] Synon. mouvement. Impulsion affective, nerveuse, sensuelle. Il examina la situation et la trouva inouïe; tellement inouïe qu'au milieu de sa rêverie, par je ne sais quelle impulsion d'anxiété presque inexplicable, il se leva de sa chaise et ferma sa porte au verrou (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 273). Mon vieux, il ne faut pas se laisser aller à une impulsion sentimentale (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 171).
Rare. [Constr. avec un compl. prép. à, vers] Vers la fin de cette troisième époque, l'impulsion vers le théisme a été la plus forte. Une foule de prétendues révélations sont venues ébranler la croyance en la mythologie populaire (CONSTANT, Journaux, 1804, p. 160). Si nous l'affirmons [l'infinité divine], ce n'est pas que notre esprit la conçoive; c'est que nous sommes mus par une impulsion irrésistible à la proclamer (Théol. cath. t. 4, 1 1920, p. 1284).
SYNT. Impulsion aveugle, intérieure, irraisonnée, irréfléchie, irrésistible, obscure, secrète, soudaine, subite, violente; céder, résister, obéir à une impulsion, suivre une impulsion; agir selon une impulsion; une impulsion entraîne, pousse qqn.
C. — En partic., PSYCHOL. Trouble psychique caractérisé par une tendance, qui échappe au contrôle du sujet, à exécuter des actes satisfaisant un besoin impérieux, déchargeant un état de tension émotionnelle. Impulsion et inhibition; impulsion, pulsion et compulsion; impulsion agressive, sexuelle; impulsion d'un enfant. Le second caractère que nous présentent les obsessions c'est l'impulsion, c'est-à-dire la tendance à l'acte (JANET, Obsess. et psychasth., 1903, p. 75) :
5. À côté de cette dominante projective qui est comme la pointe active de l'impulsion, et sur laquelle certains (Wallon) mettent l'accent, d'autres (Janet) le portent sur la faiblesse sous-jacente du psychisme. Les impulsions morbides sont des plus variées : toxicomanies et dipsomanies, boulimie, impulsions sexuelles, impulsion au mouvement et notamment à la marche, impulsion au vol, impulsions sociales : au commandement, à l'autoritarisme...
MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 420.
REM. 1. Impulseur, subst. masc. Dispositif donnant des impulsions (aux sens A 2 et A 3 b). Un impulseur tripale en acier dont la rotation a pour effet de mettre l'ensemble des matières en circulation (INCER, 1975, n° 686, p. 465 ds Clé Mots). 2. Impulsionnel, -elle, adj. Qui comporte ou qui a trait à des impulsions (aux sens A 2 et A 3 b). Une grandeur électrique impulsionnelle (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 345). À peine décelée une image impulsionnelle, à peine mis à jour un souvenir traumatisant, la psychanalyse pose le problème de l'interprétation sociale (BACHELARD, La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948, p. 20).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1315 « mouvement donné à quelque chose, action de pousser » (Reg. des eschev. de la Rochelle, A.N. K 1223 ds GDF. Compl.); 2. 1370-72 « force, élan qui pousse quelqu'un à faire quelque chose » (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, III, 20, p. 215). Empr. au lat. impulsio « choc, heurt, action de pousser, incitation, excitation à », dér. de impellere « heurter, pousser, pousser à, inciter à ». Fréq. abs. littér. : 1 377. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 252, b) 1 119; XXe s. : a) 1 569, b) 2 390.

impulsion [ɛ̃pylsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1315; lat. impulsio, de impellere « pousser vers », de im- (→ 2. In-), et pellere « mouvoir ».
1 (Concret). Action de pousser; ce qui pousse. Impression (I., 1.), motion (vx), poussée. || Force d'impulsion ( Impulsif, 1.). || Donner, transmettre, communiquer une impulsion. Mouvoir, pousser (→ Mettre en branle, en mouvement). || Impulsion transmise par un choc, par un mobile. || Mouvement d'impulsion (→ Hasarder, cit. 21). || Résister à une impulsion (→ Appui, cit. 13). || Jusqu'à Newton, on expliquait toute la dynamique par le principe d'impulsion.
1 On entend dire partout : pourquoi Newton ne s'est-il pas servi du mot d'impulsion que l'on comprend si bien, plutôt que du terme d'attraction (…) ? Newton aurait pu répondre à ces critiques : (…) je n'ai pas pu admettre l'impulsion; car il faudrait pour cela que j'eusse connu qu'une matière céleste pousse en effet les planètes; or, non seulement je ne connais point cette matière, mais j'ai prouvé qu'elle n'existe pas.
Voltaire, Lettres sur les Anglais, XV (→ Attraction, cit. 2).
2 C'est un principe admis en dynamique que tout corps, recevant une impulsion, une disposition à se mouvoir, se meut en ligne droite dans la direction donnée par la force impulsive, jusqu'à ce qu'il soit détourné ou arrêté par quelque autre force.
Baudelaire, Trad. E. Poe, Eurêka, VII.
3 Quelqu'un l'avait pris par le bras, l'entraînait. Une femme. Il suivait l'impulsion (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, XXXI.
(1830, in Petiot). Sports. Tension provoquée par un mouvement de bras, de jambes et utilisée pour déclencher un saut, un lancer (de poids, javelot, etc.), un virage à skis. Appel, fouetté, poussée. || Extension et impulsion. || Impulsion, suspension et réception.(Lancer). || Chemin d'impulsion : courbe décrite par l'engin avant le lancer.
Spécialt. a Sc. Force créant un mouvement.
b Mécan. Produit d'une force constante par son temps d'application.
c Signal de grande amplitude et de courte durée; variation brusque d'une grandeur physique avec retour à l'état initial produisant un tel signal. || Excitation par impulsion (ou par choc) : excitation d'un système d'oscillations au moyen d'apports périodiques d'énergie (principe appliqué au radar).
2 (1686). Abstrait. Le fait de pousser, d'inciter; ce qui anime. || Impulsion donnée aux affaires, au commerce. Animation. || L'entreprise a prospéré sous cette impulsion ( Promoteur). || Recevoir une impulsion favorable. Essor.
4 M. Le Tellier se voit élevé aux plus grandes places, non par ses propres efforts, mais par la douce impulsion d'un vent favorable.
Bossuet, Oraison funèbre de Michel Le Tellier.
5 La paix n'arrêta pas l'impulsion reçue; ce mouvement rapide a continué, et les productions de la colonie sont de près d'un tiers plus considérables qu'elles ne l'étaient il y a trente ans.
G.-T. Raynal, Hist. philosophique, XIV, 23.
6 Je seconderai Marseille de tous mes efforts dans la grande impulsion qu'elle va donner.
Mirabeau, Collection, t. I, p. 57, in Littré.
3 (1370). a Vieilli. Action de pousser (qqn) à faire qqch. || L'impulsion de qqn, qu'il ou elle donne. || « Il agit ainsi par l'impulsion d'un tel. Obéir, céder aux impulsions d'une volonté étrangère » (Académie). Influence.Vx. || « Dieu nous donne une impulsion à l'aimer » (Mme de Sévigné).
7 (…) cet homme, nul par lui-même, ne pense et n'agit que par l'impulsion d'autrui.
Rousseau, les Confessions, XI.
8 En embrassant cette opinion (préférer les sciences aux talents frivoles), M. de Maurepas ne fit qu'obéir un des premiers à une impulsion qui commençait dès lors à entraîner les esprits et qui depuis a produit une révolution presque générale.
Condorcet, Maurepas, in Littré.
b Mod., littér. || L'impulsion des sentiments, de l'humeur, de l'instinct du cœur (cit. 160). Appel, élan, entraînement, force. || L'impulsion de la vengeance, de la raison. Conseil, voix (fig.). || Impulsion qui porte l'âme, l'esprit aux choses élevées. Essor.
9 (…) l'être instinctif qui n'agit que par l'impulsion d'une conscience obscure.
Renan, Souvenirs d'enfance…, Préface.
10 Même l'intelligence ne fonctionne pleinement que sous l'impulsion du désir.
Claudel, Positions et Propositions, p. 97.
11 Pour certains, soumis à l'impulsion victorieuse de la chair, le christianisme existe encore, mais il est inerte.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 102.
4 (Déb. XVIIIe). || Une, des impulsions. Tendance spontanée à l'action. Mouvement, penchant, tendance. || Impulsions audacieuses, aveugles (→ Austérité, cit. 9; conduire, cit. 22). || Impulsions violentes, irrésistibles. || Impulsions contraires (cit. 8 et 14), contradictoires. || La diversité de nos impulsions (→ Écart, cit. 8). || Impulsions sexuelles ( Instinct; → Frigidité, cit. 1). || Impulsion créatrice (cit. 12). || Impulsion charitable (→ Don, cit. 4). || Être ébranlé, ému par une impulsion (→ Excitatif, cit.). || Ne pas se laisser aller à ses impulsions (→ Conduite, cit. 19). || Obéir, céder à ses impulsions ( Impulsif). || Docilité (cit. 3) aux impulsions. || Diriger, modifier les impulsions de quelqu'un.
12 Pour les après-dînées, je les livrais totalement à mon humeur oiseuse et nonchalante, et à suivre sans règle l'impulsion du moment.
Rousseau, les Confessions, XII.
13 Les gens prudents agissent d'après les lois de la saine raison. Je ne suis pas ainsi; je suis un homme qui agit d'après ses impulsions.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, I, p. 448.
14 Quelle que soit la vigueur de l'impulsion qui pousse un Français à écrire, elle aboutit, le premier mot tracé, non à une œuvre d'écrivain, mais de lettré.
Giraudoux, Littérature, p. 105.
Psychol. || Défaut, insuffisance d'impulsion dans l'aboulie; excès d'impulsion. Volonté (maladies de la volonté). || Impulsion et pulsion, et compulsion.
Psychiatrie. || Impulsion morbide, impulsion : tendance irrésistible à l'accomplissement d'un acte. aussi Raptus. || Impulsion au vol (kleptomanie), à l'homicide, à mettre le feu (pyromanie). || Comportement de défense contre une impulsion. Conjuratoire (rite). || Impulsions inoffensives. || Impulsions verbales. || Impulsions spontanées (Kretschmer).En appos. || Obsession-impulsion, poussant à des actions criminelles.
CONTR. Barrière, frein, inhibition.
DÉR. Impulsionnel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Impulsion — is the pushing power (thrust) of a horse, which comes from his desire to move powerfully forward with energy. However, speed does not create impulsion, and a rushing horse is more likely to be flat than impulsive. A horse can only have impulsion… …   Wikipedia

  • Impulsion — Im*pul sion, n. [L. impulsio: cf. F. impulsion. See {Impel}.] [1913 Webster] 1. The act of impelling or driving onward, or the state of being impelled; the sudden or momentary agency of a body in motion on another body; also, the impelling force …   The Collaborative International Dictionary of English

  • impulsion — Impulsion. s. f. Mouvement qu un corps donne à un autre. Cela se fait par l impulsion de l air. les Philosophes disputent si une telle chose se fait par impulsion ou par attraction. Impulsion, signifie quelquefois aussi fig. Instigation, conseil …   Dictionnaire de l'Académie française

  • impulsion — (n.) early 15c., driving, pushing, thrusting, from O.Fr. impulsion (early 14c.), from L. impulsionem (nom. impulsio) external pressure, figuratively incitement, instigation, noun of action from pp. stem of impellere (see IMPEL (Cf. impel)) …   Etymology dictionary

  • impulsión — Deseo anormal e irracional de cometer un acto ilegal o socialmente inaceptable. Diccionario Mosby Medicina, Enfermería y Ciencias de la Salud, Ediciones Hancourt, S.A. 1999 …   Diccionario médico

  • impulsion — index impetus, impulse, incentive, instigation, provocation Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • impulsion — Impulsion, Impulsio …   Thresor de la langue françoyse

  • impulsión — (Del lat. impulsĭo, ōnis). f. impulso …   Diccionario de la lengua española

  • impulsion — ► NOUN 1) a strong urge to do something. 2) the force or motive behind an action or process …   English terms dictionary

  • impulsion — [im pul′shən] n. [L impulsio < impulsus, IMPULSE] 1. an impelling or being impelled 2. an impelling force 3. movement or tendency to move resulting from this force; impetus 4. IMPULSE (sense 2) …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.